in Media, News, Records

Bobines et microphones

Il va bien falloir s’y habituer.
Les caméras.

Hier soir une équipe est venue nous filmer dans notre Hute-cave, là où nous répétons assidûment depuis 4 ans. On avait tout bien rangé pour l’occasion, j’avais sorti (une partie de) mes plus belles guitares et j’ai obligé le cameraman à faire quelques jolis gros plans. L’art avant toute chose.

La télévision semble souffrir elle aussi des conséquences du net. On la regarde moins, moins bien, et toutes les vulgaires tentatives des chaînes de populariser à l’extrême leurs mauvais programmes semblent assez vaines.
Malgré tout, ce media est inévitable, et il y a encore quelques rendez-vous que les gens ne manquent pas. Des émissions au concept fort qui ont fait leur réputation depuis des années. Et les téléspectateurs sont une cible unique, vaste, mélangée, variée. Incontournable en somme.

Avant, je trouvais que la radio était un medium extrêmement intimidant. C’est très difficile. Pourtant je connais ma voix, je n’ai pas peur d’un micro, toute la technologie radiophonique m’est familière. Mais il faut être rapide, vif, clair. Sans image, il ne peut pas y avoir de faux pas. L’auditeur imagine, il faut lui donner bien plus de matière qu’à la télévision, où l’image capte l’attention avant le contenu et le discours.
Depuis et après une bonne dizaine d’émissions ultra ratées, ennuyeuses, trop longues et sans fin, je me suis habituée. La réussite d’une émission de radio est évidemment en grande partie la responsabilité du journaliste qui a plus ou moins étudié sont sujet, qui rebondit vite, qui ne laisse pas l’invité dans le silence ou la réflexion trop longtemps, qui lui tire des vers du nez.

A la télévision, c’est presque pareil, surtout dans un programme où tout est centré sur le contenu, plutôt que sur la force des images. Finalement, c’est au journaliste que l’on s’adresse et non à la caméra. Et ça c’est très surmontable.
Mais je me demande vraiment comment on peut présenter le journal de 20h00.

C’était amusant de jouer et d’être filmé : le cadreur à 1 mm de mon nez, du micro, puis des touches du Moog d’Igor, l’objectif dans la cymbale de Lô. Mais c’est dur, où dois-je regarder exactement, que dois-je faire ? Et dans le feu de l’action, quelle angoisse.
Faut-il sur-jouer devant une caméra, être naturel? Autant de question auxquelles nous n’avons évidemment pas encore répondu.

Hier soir c’était notre première télévision de toute notre petite vie de rockstars en herbe.
Cela méritait bien un article sur ce blog.

La diffusion est prévue mi novembre sur France 2. J’éditerai en temps voulu cet article pour vous donner tous les détails.

edit :
LE 19 NOVEMBRE SUR FRANCE 2, ENVOYÉ SPÉCIAL À 20H30
http://envoye-special.france2.fr/index-fr.php?page=accueil

Pam.

Write a Comment

Comment

  1. Hey, eh bien rien que pour vous je vais rebrancher mon tuner USB que j’avais relégué depuis des lustres sur une étagère. J’avoue volontiers être curieux de voir votre interview, et ce que cela change par rapport à la radio.

  2. T’AS PUTAIN D’INTERET DE REDONNER DES DETAILS EN TEMPS VOULU OUAIS!!!

  3. Dis, tu te sens pas un peu chez toi là?
    19 novembre sur France 2. Envoyé Spécial.
    ça va être plus Envoyé Spatial je pense, surtout avec les interventions d’Igor !
    Pam.

  4. Je viens de voir envoyé spécial, je découvre pamela et j’aime sa musique.
    Promis je ne télécharge pas, je demande son disque pour Noel.
    Je resterai fidèle si elle ne cherche pas à devenir chanteuse engagée genre écolo, bobo, anti fumeur, anti pinard, anti vitesse, donneur de leçons, mykey 3d et autres bouffons politiquements corrects. Je veux du rock pour le plaisir, pas pour le fric!

  5. Après plusieurs concerts parisiens a vous applaudir et un Ghost en poche, je fini de regarder ce reportage avec une drôle d’amertume..
    Mon premier morceau du groupe vs a été volé sur le net, tout comme les suivants.
    Et alors, n’ai je pas été un des premiers a vous envoyer un chèque dès la sortie de votre disque sous le manteau?
    J’aime Pamela Hute, j’aime le Moog de Igor et la RAT de Pam, mais juste ne devenez pas un de ces groupes “a discours” de plus qui au bout du compte font fuir ceux qui depuis le début les soutiennent.
    Dans l’attente du premier disque signé 😉
    Yan.

  6. Bonjour Yan, vous savez ce n’est pas les personnes comme vous qui empêchent le développement d’un artiste débutant, vous êtes le contre exemple parfait !
    Je ne défend pas Hadopi, j’ai été prise en exemple pour illustrer un aspect de ce reportage. Je pense que cette loi a le mérite de lancer le débat, de remettre au coeur de la problématique les artistes en développement, et à certainement une valeur éducative. Voilà tout.
    Mais mon métier, c’est de faire de la musique, et je souhaite en vivre. Vous faites partie de ceux qui permettez cela.
    Pam.