L’ Acharnement

Chers tous, ça fait un bail.
Pourtant j’ai plein de choses à vous dire, à vous écrire.
J’ai sorti un vinyle,  puis un clip, et j’ai monté un label avec plein d’artistes chouettes.
Si vous voulez en savoir un peu plus, voici une interview parue aujourd’hui sur l’excellent blog “Les Acharnés“.
L’occasion de faire un rapide résumé de mon parcours de ces dernières années, de mes péripéties, et de mes nouveaux projets.
La suite très vite.

L’ ACHARNEE DU MOIS #8

Gunshot

Un matin, une chambre d’hôtel dans un pays chaud. Un état écartelé par la guerre. Il est tôt, tout est calme. La lumière est belle et dorée. Elle se réveille et regarde son compagnon assis à la table de leur chambre écrire une carte postale. Il est photographe, ou journaliste, peu importe, mais il est là pour son travail.  Il la regarde et esquisse un sourire. Le coup retentit, la fenêtre est ouverte, il tombe de sa chaise. Un bruit sourd, et les oreilles se mettent à siffler. Puis plus rien.
C’est lui, le mort, qui raconte.

J’ai écrit ce titre pour mon nouvel album que j’ai terminé en août, et comme souvent, le texte s’est articulé autour d’images que j’avais en tête quand j’ai fredonné la mélodie.
Vendredi, trois heures après avoir posté le teaser de la vidéo que j’annonçais depuis une semaine, des assassins ont terrorisé Paris et volé la vie de centaines de personnes; une exécution planifiée et incompréhensible.
Ce titre est apparu comme une affreuse prémonition, non parce qu’il parle de terrorisme précisément, mais parce qu’il parle de la balle qui fauche. Avant elle il y a la vie et l’insouciance. Le mouvement et le langage. Puis en un instant il n’y a plus rien, juste le silence, l’absence, et le vide.

Lorsque j’étais à New York cet été j’ai beaucoup marché. J’habitais à Harlem près de l’université de Columbia. Lors d’un de mes périples, je me suis arrêtée dans un petit café, à l’angle de Broadway et de la 97e. J’ai bu un thé glacé en rêvassant, mon Olympus argentique vissé autour du cou. Un jeune garçon est venu m’aborder pour parler photo. Il s’est présenté comme photographe, monteur et vidéaste, et alors que je lui disais que j’étais française il m’a répondu dans un français parfait que lui-même était haïtien. La conversation n’a pas duré et je suis rentrée chez moi en me disant que je voulais qu’il fasse des images de New York pour ‘Gunshot’. Je l’ai contacté le soir même et nous avons décidé de filmer, sans véritable objectif, une longue balade mélancolique dans la ville. Je ne savais pas ce que j’allais en faire, mais j’étais là-bas et je voulais me souvenir. Cette ville est si belle en noir et blanc.

J’ai donc passé les jours suivants à marcher avec lui, un peu partout dans la ville, et naturellement, nous avons beaucoup parlé. Gaël vient d’une famille catholique haïtienne, sa famille habite en Floride mais lui est venu à NY il y a quinze ans. Il a servi en Iraq et s’est converti à l’Islam il y a peu.
Alors que nous partagions un avocado burger un soir, je me souviens lorsqu’il m’a dit, les yeux brillants, « I converted to Islam and I love it ».

On a tourné des images, puis je suis rentrée à Paris. Nous n’avions pas vraiment parlé depuis. Je lui avais juste envoyé le montage du lyrics une fois terminé. Le jour des attentats, dans l’heure qui a suivi les horribles événements, Gaël m’a envoyé un message sur instagram pour me demander comment j’allais. Nous avons échangé brièvement, dans la panique, et il a écrit cette phrase « Ok. Be strong! Keep G’d close. Help others keep their spirit high. Broken spirit would be victory for them. I fought against people like that. They lust over broken spirits. Keep the Faith and stay strong».

Si les mots de Gaël sont ceux d’un sage, c’est un ensemble de symboles qui se regroupent autour de cette chanson. Alors il y a ce thème, comme prémonitoire, cette mélancolie sourde, et Gaël, un musulman croyant et pratiquant, qui m’a aidé à faire ce petit film.

J’aurais pu être là-bas, avec tous ces gens. Je pense à eux, tout le temps.

One morning. A hotel room in a hot country. A state torn apart by war. It’s very early, everything is silent and the light is golden and beautiful. As she wakes up, she watches her lover sitting at the table accross their bedroom, writing a postcard. He is a photographer or a journalist, either way, he is there for work. He looks at her too and almost smiles. The shot blasts, the window is opened, he falls from his chair. A dull noise and the ears ringing. It’s over.
It’s him, the dead boy, who is speaking.

I wrote this track for the upcoming record I finished last August. As it’s usually the case, the text was built according to images and visual sequences I had in my head when I sang the melody for the first time.  And friday, three hours after I posted the teaser for the release of the video I planned weeks ago, murderers terrorized Paris and stole the life of hundreds of people : a planified and unbearable execution.
This song appeared like a terrible premonition. It doesn’t specifically talk about terrorism, but it talks about that one shot that takes life away. Before there is  innocence, movement and language. And in a glimpse, it’s all over and what’s left is absence, silence, and emptiness.

When I was in New York this summer I walked a lot. I was staying in Harlem near the Columbia University. One afternoon, I took a break in a little coffee shop at the corner of Boroadway and 97th st. I ordered an iced tea, all lost in my thoughts, my Olympus Camera hanging around my neck. A young man showed up, sat next to me and we exchanged about photography. He said he was a photographer, film editor and film maker. As I was mentionning the fact that I was coming from Paris, he answered in a perfect french that he was from Haiti. We didn’t speak much longer but as I was walking back home I thought it would be great if he could shoot images of New York for the track ‘Gunshot’. I reached out that same night and we agreed on making a video, guided by the idea that it would look like a long melancolic walk in the city. I had no idea what I would do with it, but I was out there and wanted to remember. New York is so beautiful in black and white.

So here is how I spent the following days wandering around the city with my new friend. Naturally, we ended up talking a lot : Gaël comes from a catholic family in Haïti and they now all live in Florida. He arrived in NY fifteen years ago, served in Iraq, and converted to Islam recently. I remember one night, as we were sharing an Avocado burger, he told me, with sparkles in his eyes « I converted to Islam and I love it ».

We shot the images, and I flew back to Paris. We didn’t really talk I left, only I sent him the final cut of the video when it was finished.
The day of the attacks, an hour after the awful events, Gaël sent me a message on instagram asking how I was doing. We briefly talked, as I was rushed by panic, and he wrote those words : « Ok. Be strong! Keep G’d close. Help others keep their spirit high. Broken spirit would be victory for them. I fought against people like that. They lust over broken spirits. Keep the Faith and stay strong».

Gaël’s words sound wonderfully wise, and everything about this song is symbolic. There is the theme, the heavy melancholy and Gaël himself, a convinced muslim, that helped me make this video.

I could have been there, with all those people. I think about them all the time.

Wake up
can you feel the world outside
Can you see me writing postcards
while the sun is bright
In bed, you are staring at the window
You can hear me fall, low
There’s a gunshot outside

In the papers, you never saw his face
And maybe it’s a nightmare,
Anyway it’s too late

Stand up, cause the world is still humming
It could a beginning
As the sun still shines
In bed, you’re still staring at that window
And your ears are ringing low
There’s a gunshot outside

In the papers, you never saw his face
And maybe it’s a nightmare,
Anyway it’s too late

The Magic Blur

I left Blur a while ago, when I finished reading Alex James book « A bit of a Blur ». The band had exploded right in the middle of Think Tank’s recording sessions and it looked really gloomy. Damon and Graham’s relationship was such a struggle it seemed obvious fixing it would be the only key to any further Blur material.

When they reappeared in 2009 for a bunch of concerts I was wary. I thought their reunion looked genuine but I couldn’t understand why they would show off on such big stages. What was the purpose?  Although the media were getting all crazy about their comeback and the Hyde Park gigs, given the particular context, the band didn’t really made a fuss about it.
Damon kept telling the press he was not sure it would be followed by anything, and he implied the gigs were a desperate and unique attempt to work things out. It could as well be the end of it all. Of course, that was quite a tease. Everybody would want to go to the shows !
But yes, Graham and Damon finally had a chat after all these years, and felt like they could give it a try.
When you’re in a band, playing can sort a bunch of issues between egos. The thing is, those guys are not in a band, they are in Blur. One can easily understand how tricky it may be.

blur_old_1329915788_crop_550x400

As most european kids of my generation, britpop was my scene. In the nineties, it was the musical movement I adored. Blur, Elastica, or Sleeper were my favorites and they strongly influenced me. I watched MTV all day long and often went on holidays in London, Wales, or near Dublin to practice my english. I would usually spend all my pocket money in records, english music magazines or fish and chips.
Therefore, those bands were like older brothers and sisters. I watched them giving interviews, performing, and I followed their releases. They were part of my life. For some reason I thought I had a lot to learn from them and their songs, but I never really adopted a fan attitude. They were just doing the job I dreamed of, so I watched them tirelessly, trying to understand how it all worked.

Blur’s comeback was something I feared. But on the other hand, I knew the guys were smart enough, and wouldn’t reappear unless they had something valuable to share.
When the first pictures of the band working on new songs popped up on the internet I was surprised by how simple it all looked. All band members in the same room, small studio, in a total DIY atmosphere. The 30 minutes documentary that was released a few days after the release says just that : they needed to hide somewhere, jam, and it would eventually lead to a fine record. Graham obviously took the lead, and I believe that helped putting the pieces of the puzzle together.

The result is a great Blur record. It’s funny how the esthetics of it all -the cover, the chinese signs and artwork, and the songs themselves- contrast with the behind the scenes atmosphere. Mostly made of shitty iPad Videos of four guys working in a crappy studio… well, that’s not fancy at all ! Maybe fans were expecting something else, but it speaks for itself. All band members seem to be enjoying themselves and that’s all we needed to know.

I don’t want to write about the record itself. I am not a music critic. But I do like it and I think it’s a wonderful Blur record. It’s typical : great songwriting, nonchalant basslines and catchy guitar riffs with an elegant sound. Typical doesn’t mean it’s just another Blur record. It’s truly different, and there is a melancoly and solemnity about it that makes it really moving. Maybe it’s not the best record they’ve ever made, but it’s probably the most endearing one.
I feel my big brothers finally made up and it’s somehow heartwarming.

After ‘The Magic Whip’ finished spinning on my turntable, I was happy and wanted to hug those four guys and thank them for making pop music so bloody exciting.

bd67996a

Stormy Christmas

I haven’t posted music in a while, so I decided it was about time to share a glimpse of what is going on in my world.
2014 has been pretty blurry and was mostly a « work in progress » kind of year. I wrote a bunch of songs, that should be released at some point in 2015, maybe here, maybe elsewhere, maybe under another name. I don’t know yet, but I have a lot of leads and ideas.

Anyway, I want to share this song with you because it sums up pretty well the end of my year. It hasn’t been so great for me : my record label decided we should stop the adventure after two records and I had pretty serious health issues. Of course, I had no choice but go through all of it and hang in there. That’s right : run through the storm. That’s what the songs says, and as it often happens – strangely enough – I wrote it before I got all the bad news.

I recorded this demo at home in Paris, last october. I finished it in one evening and although it’s not perfect, there is something intimate about it I really like.

I’m not sure I will leave it online forever but right now, I want to share this song with you all.

I hope you will enjoy it, and while it’s around, feel free to share.

Love you all, and Merry Christmas.

Voici.

Je n’ai pas posté de musique depuis longtemps, et j’ai pensé que c’était le moment idéal pour partager un extrait de ce qu’il s’est passé dans mon univers en 2014. C’était une année d’hibernation et de travail. J’ai beaucoup écrit, et j’espère pouvoir vous révéler tout cela l’année prochaine, ici, ou ailleurs, ou peut-être sous la forme d’un autre projet. Je ne sais pas encore, mais j’ai beaucoup de pistes et d’idées.

Quoiqu’il en soit, je souhaite partager cette chanson avec vous car elle résume assez bien ma fin d’année. Cela ne fut pas idéal ; la collaboration avec mon label s’est achevée après deux disques et j’ai eu de sérieux problèmes de santé. Mais il n’est pas question de s’apitoyer, ce n’est pas dans mes habitudes. Alors voilà, il a simplement fallu que je prenne mon mal en patience afin de traverser la tempête. C’est ce que cette chanson raconte, et comme souvent, bizarrement, je l’ai écrite juste avant de recevoir toutes ces mauvaises nouvelles.

J’ai enregistré cette démo en octobre chez moi à Paris. Je l’ai terminée en une soirée, et même si elle est imparfaite, j’aime bien l’intimité bancale de cette version.

Je ne suis pas certaine de la laisser en ligne pour toujours, mais je tiens aujourd’hui à vous la faire écouter.

J’espère qu’elle vous plaira, et pendant qu’elle est en ligne, n’hésitez pas à partager.

Je vous embrasse, et vous souhaite un merveilleux Noël.

https://www.youtube.com/watch?v=DlgNsHS86ts

Today is the day

Hello folks,

The last time I wrote an article on the blog was in March 2013. More than a year ago. Wow. Time sure flies. I thought maybe you deserve fresh news, and today is the day.

So, what happened since the release of Bandit ? As you may have noticed, the record had a very short lifetime. I wish we could have pushed it further, but things do not always happen the way one imagines it. Considering how complicated the making of this album has been for me, I can understand it was hard for people to get into it. I love this record though. I like the songs and I like the story it tells. But maybe it’s too monolithic on the musical side. I can’t really know. I don’t listen to my records after they are made. That being said, and it might sound strange, Bandit ended up being a prophecy of what my life looked like in the past two years. I said it all on the record right before it actually happened.
Music is definitely a mysterious matter. And so is life.

The two last years were really harsh for me, professionally and personally. Obviously I wasn’t busy touring, and after Bandit I had a violent meltdown. I seriously thought about quitting music and I started looking for a reliable job. Although I had to consider it for real, I somehow knew it was not a valid option. I updated my resume, sent a bunch of vapid emails, and, well…no way. I couldn’t give up the music. I was not ready for any kind of withdrawal. So I got away from Paris and spent a few months writing in my studio in the country.

Consequently, the band was going through a tough phase. I was pretty lost and the boys were anxiously waiting for me to make a move. I knew I needed a change, but I didn’t know what change I needed, and starting all over again was a scary option. As I was fighting against my apathetic state, I met a bunch of people, rang some old friends and followed the only thing I knew I could trust ; my instincts. And this is how I decided I would set up a new band.

I’m not going to tell a lot more about it here yet because honestly, I don’t know what’s next. Those of you who have been checking the social networks probably have an idea of what’s going on, and of who’s involved.
All I can say it that it has been really exciting, and everything added up so smoothly I knew it was the way to go. I got so much support from the people I work with and from the new recruits, it’s unbelievable. Their enthusiasm never failed, despite the fact that I was very confused, and not sure about anything anymore. They gave me the energy, the patience and faith I needed so I could get myself back together. All of a sudden I wanted to write solid songs they would be proud of, and would want to play with me on stage. I am so thankful for that.

Coming up with a song is not difficult when you know how to do it and I believe I had some decent training. But the real challenge is having something to say, as it can turn a basic song into something really special. And even though I was sad and unhappy, I had nothing to say. I was writing the same song over and over, focused on how hurt my little self was. Now I can say it was really poor.
The thing is, if you want to release records and write tunes that people love, and if you want to make a living out of songwriting, you’d better keep up with it. I was struggling but I didn’t surrender, and eventually I got better at it. Well, I hope so !

So here we are. The last nine months were a sort of long pre-production phase, where I wrote and recorded demos, on my own, and with the new band. It was a weird process overall as I transformed into something new. In the writing, that’s for sure, but also as a human being. I hope it’s for the best.

Also, I used some of the free time I had in the past years to travel a little. When I was really down I found an old Staten Island ferry schedule in my stuff and I planned a trip to NYC. I had a friend in Manhattan that offered his couch, and I thought it was the ideal time for me to run away from a bunch of things – not to say everything.
Looks like all the messed up souls converge in NYC at some point, right ? This city is so energizing, there’s a non-stop array of things going on, it’s just endless. I remember telling myself, one morning, as I was wandering around in Central Park : « This is my city, this is my city ! », and I couldn’t chase the idea out of my head.
This trip has surely been the highlight of my year 2013. When I came back, Paris looked different to me. I felt like a tourist. I still do. I love Paris dearly, but my heart is elsewhere. New York City haunts me and I belong there.

Maybe that’s one of the reasons why I rarely post in french and I do most of my writing in english. I apologize for those who would like to read more french on this page. It’s not that I’m trying to be hype or look super cool. The truth is, when I sit at my desk, and want to express something, english always happens.

I told you I was a different human being : I’m like a tourist in my own head !

From now on, I promise I’ll keep you updated more often.

Love you all.

I love you Bandit.

Nous y sommes.

La tempête est passée, le Bandit est en cavale depuis lundi dernier et je ne sais pas exactement quoi écrire ici.

Je me doutais qu’en relisant la plupart de mes posts précédents à propos du disque, je sourirais. Un sourire tendre bien sûr, car je sais comment cela s’est passé, et je me souviens des nuits d’insomnies. Si les insomnies n’ont pas vraiment cessé, ce n’est plus à cause de l’angoisse lourde de ne pas arriver à faire un bon disque, mais de l’inquiétude de ne pas le défendre convenablement. On ne se refait pas. Il y a toujours une excellente raison pour ne pas dormir.

Donc lundi matin, ‘Bandit’ était dans les bacs et j’avais peur. Peur d’une catastrophe, d’un casse majeur, d’une garde-à-vue. Rien de tout cela n’est arrivé, et le disque est désormais libre, et probablement aussi prêt à en découdre que je le suis moi-même. A vrai dire, ma fierté est immense. Lorsque l’on sort son premier album on ne sait jamais si on parviendra à en sortir un deuxième. Et un deuxième que l’on pourra aimer convenablement.
Et bien ce disque je l’aime, un peu bêtement, comme on aime lorsqu’on est adolescent. Je l’aime parce qu’il m’a fait comprendre un certain nombre de choses essentielles, sur moi-même, et sur mon métier infernal.

Aujourd’hui tout est différent. Parce que je sors mon second disque, le regard que l’on me porte a changé. On lit diverses choses sur la maturité, l’évolution… Non il n’y a pas de maturité, pas encore, cela viendra peut-être un jour, mais certainement pas tout de suite. Il y a simplement davantage de moi-même dans cet album, et c’est sans doute ce qui lui donne une certaine valeur. Si le chemin pour s’enfuir fut long et tortueux, l’aventure s’est avérée essentielle.

On ne peut pas se cacher derrière un disque, c’est l’inverse qu’il faut faire. Il faut se révéler. Je ne l’avais pas compris, mais c’est désormais une évidence. Un disque n’est pas une photographie d’un moment comme je l’ai souvent dit à propos du premier album, c’est un morceau de soi-même que l’on choisit, que l’on façonne avec soin, et que l’on abandonne aux oreilles des autres. Alors oui, j’avais peur de la vulgarité, de l’impudeur, mais en vérité je n’ai partagé que de la joie et du bonheur avec le Bandit.

Maintenant que les couleurs sont revenues, je n’ai qu’un souhait à formuler : que le disque vous plaise, infiniment, et que vous l’aimiez autant que je l’aime.

BANDIT-BIG

Here we are.

The storm has passed and the Bandit is on the run since monday morning. I don’t really know what I should be writing here.

I knew that re-reading most of my previous posts would make me smile. A sweet smile of course, as I remember it all, as I recall the nights of insomnia. To tell the truth, insomnia is not exactly over, but now it’s not about finishing a good record anymore, it’s about how I can share it properly with you all. People can’t change their nature, right? There is always a good reason for not sleeping anyway.

So last monday the album was in most record stores and I was terribly scared. Scared of a catastrophe, a robbery or some kind of custody. None of this happened and the Bandit now runs free, and is probably as ready as I am to start the fight. I am very proud. When you release a debut album, you never know if you will ever get the chance to make a second one. Another record you’ll love properly. Well I do love this one. Probably in a puerile way, but I love it because it helped me go through essential things, about myself, and made me understand a bit better how my job works.

Everything has changed today. People look at you differently when you release your second album. You start reading things about maturity, change. No, there’s nothing like that yet, but it’s more personal and that’s probably what confers value to this LP. The road to get it done was as winding as the experience was vital. You cannot hide behind a record, you need to do the exact opposite and reveal yourself. Although it seems pretty obvious, it took me quite some time to understand it. A record is not a snapshot of a moment as I thought it was, it’s simply a part of yourself that you chose to let go, and share.

I was afraid of becoming somehow tacky, lacking reserve and delicacy, but what I found is priceless. I shared pure joy and delight with the Bandit.

And now that the colors are back, I hope you’ll love this record as much as I do : boundlessly.

heartcapanalog

The Agnello Experience

Il y a plusieurs façons de faire un disque, c’est certain, et je n’ai pas choisi la plus simple. Les quelques lecteurs habitués de ce blog le savent bien.

Bandit aura donc déjà eu quelques vies et sera passé entre plusieurs mains. Après avoir re-enregistré le disque une première fois, puis une seconde fois, l’avoir mixé et masterisé, en avoir même sorti un extrait sous forme d’EP digital, je ne trouvais toujours pas le Bandit présentable. Au terme de quelques mois de réflexion et d’interrogations, nous avons tous les trois décidé, avec le support de mon label chéri, d’agrandir l’équipe et de confier le mixage du disque à quelqu’un d’autre. Accepter de ne pas tout faire soi-même, partager enfin, et grandir un peu en somme !

Alors qu’Ernest, Igor et moi épluchions les crédits de nos disques préférés à la recherche du mixeur de nos rêves, plusieurs noms sont apparus et la plupart semblaient inaccessibles. C’est finalement grâce à Steve Fallone, l’homme qui masterise nos albums à Sterling Sound depuis les débuts, qu’a surgit le nom de John Agnello, un de ses bons amis. La discographie de John m’a laissée rêveuse : Cyndi Lauper (!), Les Kills, The Breeders, Sonic Youth, Nada Surf, Dinosaur Jr… (http://www.johnagnello.com). Steve m’a proposé de le contacter, de prendre la température, et de nous mettre en relation. Bingo, deux jours plus tard, les présentations étaient faites et je lui envoyais les chansons. L’angoisse était insupportable, qu’allait-il en penser ? John m’a écrit qu’il adorait l’album et était impatient de participer à l’aventure. J’étais aux anges.

Au-delà de son univers musical et de son savoir-faire évident, John est un type absolument charmant et nos échanges d’emails se sont avérés hauts en couleurs. Je ne pensais pas que faire mixer mon disque serait aussi drôle. Et pourtant. L’expérience a été formidable, artistique, et très humaine, malgré la distance et le décalage horaire. Ou peut-être était-ce grâce à tout cela.

Choisir avec qui travailler est essentiel et pourtant si difficile. J’ai toujours eu besoin de sentir autour de moi un attachement authentique à ce que j’essaie de faire, quelque chose d’à la fois simple et pur, qui est au-delà de la musique elle-même. En vérité, la musique suppose tant de choses essentielles qu’elle ne supporte pas la demi-mesure. Chez John, j’ai senti un enthousiasme nouveau et différent, naturel et insistant, qui éclairait avec bienveillance ce disque alors que jusqu’à présent le Bandit, ainsi que ma confiance fragile, végétaient un peu. Il a certainement eu l’intuition de tout cela.

Curieusement, je me suis toujours sentie plus anglaise qu’américaine ; c’est en Angleterre que j’ai appris l’anglais, j’ai toujours aimé la pudeur anglaise, l’humour anglais ; ce complexe d’insularité dont ils ne peuvent pas se défaire, et qui les rend à la fois si odieux et si attachants. Et la pop anglaise, mon amour éternel. Hélas, cette admiration infinie pour les brits demeure très platonique, et lorsqu’il s’agit de musique c’est de l’Amérique que j’ai reçu le meilleur. Dès notre premier EP en 2006 Steve Fallone nous a conquis par sa science du mastering. Igor et moi l’avons rencontré à New York en 2008 à Sterling Sound. Nous avions été reçus comme des rois dans ces studios mythiques et son assistante l’avait appelé : “Steve ! ce sont les français !”.
Steve travaille essentiellement la nuit et nous avait proposé de passer le lendemain soir à Sterling. Il était tout seul dans les studios. C’était un moment spécial, on avait écouté ‘hysterical’ fraîchement masterisé sur ses enceintes de rêve. L’année suivante, il est venu nous rendre visite à Paris avec sa femme, a assisté à l’un de nos concerts. Depuis il a été un inconditionnel soutien à nos projets. Il a toujours fait preuve d’une immense rigueur, a (trop) souvent sauvé des mixs insauvables, toujours précis et disponible pour ses amis français. Il est si irremplaçable que c’est lui qui m’a présenté John Agnello.

Les américains, ou en tous cas ces deux-là, ont une culture du son et en particulier du rock qui est époustouflante. D’ailleurs, elle est si naturelle qu’il est inutile de l’évoquer. Avant de commencer les mixs avec John, je pensais lui faire une petite sélection de titres que j’aimais pour le guider, l’aider à comprendre plus vite l’état d’esprit global. Je suis contente de ne pas l’avoir fait, car cela n’aurait servi à rien. Ces types-là n’imitent pas, il s’adaptent totalement. C’est ce qui rend l’expérience si agréable.
Avec John, tout s’est passé avec un naturel déconcertant, et s’est installé entre les mixs et les envois de mp3, une correspondance loufoque et sympathique, qui a rendu cette semaine de travail inoubliable.

Grâce à lui, le Bandit a définitivement trouvé sa couleur. Et j’ai un nouvel ami.

Bref, je pars à New York en septembre faire une bise à John Agnello en vrai. N’est-ce pas la moindre des choses ?

http://pamelahute.com/Images/Blog/photoagnellostudio.jpg

There are many ways to make a record, for sure, and I hate things when they are simple. The few regular readers of this blog know that. The album Bandit had a few lives and was passed around a million times already.
After recording the album twice, having it mixed and mastered three times, after releasing part of it as a digital EP, I thought we still didn’t had the Bandit ready.
It took several months of thinking and we all decided, with the support of my caring label, to add someone to our team, and entrust the mixing to someone new. I had to accept not having total control of the artistic process, I agreed it was time to open up and to grow up.

Several names appeared while we were searching in our beloved album credits, and most seemed inaccessible. It is thanks to Steve Fallone, the man who mastered our albums at Sterling Sound that the name of John Agnello came out, as he is one of his good friends. John’s discography was stunning: Cyndi Lauper, The Kills, The Breeders, Sonic Youth, Nada Surf, Dinosaur Jr … (http://www.johnagnello.com). Steve agreed to connect us and two days later, I sent him some songs. I was very anxious, what would he think? I felt awful while waiting for his answer. John loved the songs, and seemed eager to participate in the album. I was delighted.

Beyond his musical experience and his technical skills, John is absolutely charming and our email exchanges proved to be colorful. I never thought mixing my record would be that funny : the experience was fantastic, artistic, and exquisitely special despite the distance and the jetlag.
The choice of who you work with is essential and yet so difficult, especially in artistic matters. I always needed to feel around me a genuine commitment to what I am trying to do, something simple and pure, that makes sense beyond the music itself.  Music is so essential that it cannot stand half measures. John shared his enthusiasm with so much conviction that I felt it enlightenned the project, and strenghtenned my confidence that was pretty much undermined. I’m sure he knows that.

Strangely enough, I’ve always felt more English than American : I learned English in Great Britain, I always liked the English reserve, the British humor, the ‘complex of the Island’ they have that makes them either odious or endearing. And British pop music of course…my dearest love. Unfortunately, my infinite admiration for brits remained very platonic, and when it comes to my music it’s from America that I received the most.

Since our first EP in 2006 Steve Fallone impressed me with his mastering skills. Igor and I met him in New York in 2008 at Sterling Sound Studios. I remember waiting in the lobby of the Studios and his assistant calling : “Steve ! here are the French !”. Everybody looked rather excited. It was sweet.
Steve works mainly at night and received us the following evening in his magnificent mastering booth. He was all alone in the studio, and it felt like a special moment. We listened to ‘hysterical’ freshly mastered on his amazing gear and Igor and I were really impressed. The following year he came to visit us in Paris with his wife. Since then he showed unconditional support. He has always worked with great rigor, enhanced so many crappy mixes I sent him, being always so accurate and so available for his french friends. And he is so irreplaceable that he is the one who introduced me to John Agnello.

Americans, or at least the two guys we’re talking about here, have a culture of sound and particularly rock that is absolutely breathtaking. Moreover, it is so natural that there is no need to talk about it. Before starting the mixes with John Agnello, I thought I’ll send him a small selection of tracks, to guide him, help him understand the overall mood of the record. I’m glad I didn’t because it would have been useless. These guys do not imitate, they adapt. This is what makes the experience so enjoyable and so special. With John, everything went smoothly, and between the mixes and the delivery of mp3, the friendly correspondence we had made this whole week unforgettable.

Thanks to him, the Bandit has finally found its way out of jail. And I found a new friend.

I’m going to New York in September to give a hug to John Agnello in real life. That’s the least I can do.

La BBC

Vous l’avez compris, je m’ennuie.
Regarder BFMTV en HD et vivre par procuration la vie du nouveau Président de la République est mon passe-temps préféré. M’imaginer en train de causer cheeseburger avec Barack Obama, ou respirer l’air frais à Camp David fait suffisamment fonctionner mon imaginaire, assure sa survie, et ainsi, le temps passe plus simplement.

Outre mon intérêt assumé pour la vie politique française version 2.0, une autre de mes activités favorite est d’aller consulter l’état de mes passages radio. Je suis abonnée à une sorte de tracker qui selon un algorithme savant recense l’ensemble des passages radios d’un titre, en écoutant des milliers de stations, Fm et web, partout dans tout le monde.
Radio Néo est le grand gagnant du concours puisque le titre Radio est diffusé une multitude de fois chaque jour sur leur antenne depuis plusieurs mois. Soutien devant l’éternel, Radio Néo n’a jamais failli, a toujours été enthousiaste et fidèle et je bénis chaque jour leur existence.
Mais il n’y a pas qu’eux, bien sûr, et mon score de débutante est honorable sur d’autres radio locales du réseau ferarock ; Coloriage FM, Radio Oléron, Panach FM, Up Radio, Alta Frenquenza… j’en oublie évidemment une multitude, qu’ils me pardonnent. Manquent fatalement à l’appel les grosses radios de l’hexagone, bien sûr, mais mon heure viendra, je n’en doute pas.

Graphiques, statistiques, listes, nombre de passages, je passe des heures sur mon tracker, et quand par un hasard merveilleux un de mes titres est joué hors des frontières françaises, j’éprouve un bonheur indicible. Europe ! me voilà ! Soutien indéféctible des belges bien sûr, qui sont de fins connaisseurs en matière de pop anglo-saxonne décomplexée, et des suisses qui m’ont toujours accueilli à bras ouverts et avec qui je partage, outre le goût du rock, la passion vitale du fromage.
Le semaine dernière pourtant, quelle ne fût pas ma surprise d’observer qu’un de mes titres avait été diffusé sur Radio Slovensko en Slovaquie, puis sur Radio Lumina en Roumania. Inattendu.
Comblée, j’ai éteint BFMTV.

Hier matin, alors que je terminais hagarde ma tasse de thé, je suis allée consulter mon tracker préféré. En général le dimanche, il ne se passe rien, même pas un passage en Roumanie. Le dimanche tout le monde s’en contre balance de Pamela Hute, j’ai l’habitude.
Mais hier, surprise totale : ma tasse d’earl grey ayant sans doute aidé à convaincre le sort, la BBC Radio 1 a passé le titre Radio, le premier single de Bandit. Frisson, émotion, vérification : une erreur sans doute. Pourquoi la BBC, référence absolue, aurait-elle eu l’idée saugrenue de diffuser un des mes titres.
Et bien figurez-vous, j’en suis quasiment certaine, c’est une erreur.

Je m’en fous, j’ai quand même eu des frissons.

BBC Radio One

Le Président

Nous avons donc un nouveau Président.

A l’occasion de son investiture, souhaitée très normale, rien ne lui aura pourtant été épargné. La grêle, l’averse, puis la foudre. François Hollande débute, et les éléments s’en amusent. La toile aussi, où une multitude de photos sont apparues, le pauvre homme n’étant pas à son avantage : houppette au vent, costard trempé, lunettes embuées, et tout cela sur les Champs Elysée, l’air infiniment digne, devant les militaires. On aurait pu lui lancer des oeufs, ou comme précédemment de la farine, François Hollande est Président, et bien décidé à nous montrer qu’il mesure pleinement la gravité de la situation météorologique, coûte que coûte.

Finalement cette campagne était amusante.
Bien sûr, la politique est un sujet sérieux. Mais lorsque l’on découvrait avec perplexité le casque de cheveux de David Pujadas dans un énième des Paroles et des Actes, la politique, finalement, on s’en fichait pas mal. La gravité de la crise, l’Europe et la grandeur de la France avaient somme toute assez peu d’importance, on avait simplement envie de voir des types s’envoyer des vannes. On aura été plutôt servis, et plus encore. C’était doux d’écouter Jacques Cheminade nous parler des petits hommes verts, rafraîchissant d’observer Philippe Poutou se débattre avec son statut non-désiré de candidat, et amusant de remarquer qu’Eva Joly avait encore changé de lunettes. Et j’oublie Melenchon, halluciné par sa croisade contre Marine Le Pen.
Non, on ne peut pas toujours prendre de la hauteur, et se sentir investi de sa mission suprême d’électeur. Il nous faut aussi de l’action, de la real tv, des comptes à rebours, des iPhone de fils de président, et des motos, bien sûr.

Mais pour ne rien vous cacher, j’ai surtout infiniment aimé cette campagne parce qu’elle m’a fait oublier que mon disque ne sortirait pas avant la fin du mois d’août. Oui, vous avez bien entendu. Le 27 août. Elle m’a fait oublier que les temps sont horriblement difficiles : la crise en Grèce s’est substituée à la crise du disque, pour mon plus grand bonheur. C’est dire où j’en suis.

Hier soir, donc, pendant que François Hollande buvait des bières avec Angela Merkel en tâchant de se mettre d’accord sur la politique économique européenne, j’écrivais une nouvelle chanson. Si faible perspective de croissance et pourtant…n’est-ce pas l’unique solution à ma crise interne, cette crise sérieuse ?
Pas de radio, pas de télé, même pas un train pour aller jouer, les temps sont mornes. Je m’ennuie. Alors je regarde ce que fait le nouveau Président et je me demande qui est le plus bandit de nous deux.

Affaire à suivre.

© Juliane Lancou
© Juliane Lancou / www.julianelancou.fr

La dissolution, la cave et le Music-Hall

Dissolution

Nous sommes déjà début avril.
La pochette trouvée, un premier titre lancé dans la jungle du net, puis quelques concerts pour se dégourdir les jambes, les premières chroniques, le tournage d’un deuxième clip, et un EP qui a sorti le bout de son nez.

Enfin.
Comme c’est long.
Et dire que l’album, dont la sortie est encore repoussée, ne sera pas dans les bacs avant la fin du mois d’août.

Je me souviens d’un café avec l’artiste Katel il y a 3 ans au moins. Je venais à peine de signer chez tôt Ou tard, j’avais les yeux qui brillaient ; nous allions jouer au Bataclan en première partie de Shaka Ponk, faire Taratata, et mon premier disque, Turtle Tales From Overseas allait sortir. Devant moi il y avait l’infini des possibles.
J’avais vingt six ans et je me souviens qu’elle m’écoutait avec une petite moue de vieux briscard. Plutôt que d’attendre la sortie de son deuxième lp en rongeant son frein, elle avait monté une tournée à l’arrache, dans des cafés concerts, pour faire découvrir son travail, pour supporter l’attente et se mettre en danger. Je trouvais ça dingue, je m’en sentais incapable, j’étais si contente qu’enfin on fasse tout à ma place.

Maintenant, je comprends mieux. Comment peut-on supporter une telle dissolution du temps entre les trois étapes principales de l’élaboration d’un disque : l’écriture, l’enregistrement, et la sortie (donc la diffusion, notamment via les concerts).
On ne peut pas.
Alors que le label sort des disques, et colle à un calendrier idéal (ou rêvé), de promo et d’airplay, dans un contexte actuel horriblement hostile, l’artiste, lui, a simplement envie de faire écouter ses chansons et de les jouer.
Dans le cas du Bandit, le processus a été si compliqué, pour enfin avoir un album que j’étais prête à défendre, que l’attente qui m’est imposée paraît d’autant plus difficile.
Les chroniques font du bien, même mauvaises, parce que je sais qu’il y a des oreilles inconnues qui ont découvert les nouveautés. Une petite appréhension est passée. Advienne que pourra.

Sortir de la cave

A peine deux concerts pour essayer les nouveaux titres, un à l’International devant un public clairsemé un lundi de décembre, un autre au Divan du Monde, où le set était plus maîtrisé, mais plus sage aussi, puis une date à Qimper, aux Hivernautes, pour remplacer au dernier moment une artiste australienne. La date qu’il fallait. Celle où l’on ne joue pas si bien mais où le sujet est ailleurs. Et enfin, une date à Nantes, devant 1200 personnes surchauffés à l’idée de sauter partout sur le set de Shaka Ponk. Et peut-être un de nos meilleurs concerts.
Monter sur scène était une autre étape après cette longue méditation de studio. Presque un an sans jouer…j’avais peur d’avoir oublié.

Music-Hall

Après cette mise en bouche, je me suis souvenue de cette date énorme programmée le 4 avril 2012. Ai-je bien lu, bien entendu ? J’attends de le voir pour le croire. Le matin même, je me suis frottée les yeux : d’abord le nom sur la façade, les loges, le Marilyn, puis la scène…et voilà…nous y sommes.
Hier soir, il fallait abandonner backstage cette angoisse sourde de la première fois, et ne pas trembler en foulant la scène de l’Olympia. C’est chose faîte.
J’ai eu très peur, mais je n’ai pas tremblé.